« Dis-moi ce que tu manges, je te dirai comment tu dors » ! Nos diners peuvent se révéler les ennemis de notre sommeil. Difficultés à s’endormir, insomnies, réveils nocturnes… Voici quelques règles d’or pour un repas propice à une bonne nuit de sommeil.

20 à 30% de Français se plaignent de troubles du sommeil. Beaucoup ignorent que l’alimentation joue un rôle primordial. Suivez ces quelques règles de diététique pour rendre vos nuits plus douces.

 

  1. D’abord on mange léger

Ce que l’on observe, c’est que les personnes ayant une alimentation équilibrée ont un bon sommeil.

Oubliez raclette, plats en sauce, fritures, viande rouge….

Privilégiez les ingrédients faciles à digérer.

En partant du principe que tous les excès sont mauvais, il faut trouver un équilibre : Ni trop riche, ni trop copieux, ni trop léger !

 

  1. 2 – 3 heures avant le coucher

En effet, la digestion va faire augmenter la température corporelle.

Or, pour s’endormir la température doit au contraire baisser (environ 1° c).

Alors essayez de dîner 2 à 3 heures avant de vous coucher.

 

  1. Et qu’est-ce qu’on mange ?

Le Docteur Adrien, Directrice de recherche à l’INSEM, explique que « les glucides lents sont plus recommandés que les protéines.

En clair, une Assiette de pâtes à la tomate, du riz complet, une omelette aux épinards, quelques crevettes, ou une tranche de jambon, en finissant par un yaourt ou une poire. Ok c’est moins fun qu’un faux filet et des frites, mais votre sommeil vous le rendra !

 

  1. Café et Alcool

On évite les boissons riches en caféine après 14 heures. Elles vont retarder l’endormissement mais aussi provoquer des micro-réveils.

 

  1. Petits Plaisir

Les recettes de « Grand-mère » ça marche !

Un verre de lait avec du miel ou de la fleur d’oranger, une tisane, un petit gâteau peuvent être bénéfiques.

L’insuline supplémentaire accélère la synthèse de la sérotonine qui joue un rôle important dans l’endormissement, mais aussi au contrôle de l’humeur !

^